#26 31-05-2016 13:09

2nis
Squadriste Gold
Lieu: Haut Cerf 89
Inscrit le: 19-02-2014
Messages: 390

Re: Guazzoni

Désolé d'avoir pollué le post sur cette marque, je n'avais pas lu les propos  liés sur un autres post en liste ..
@+
Au moins je découvre cette moto par la même occasion ;-)


La bible ne fait pas le moine!

Hors ligne

 

#27 31-05-2016 13:17

gitane-mais
Squadriste Gold
Lieu: 26
Inscrit le: 21-09-2009
Messages: 4806

Re: Guazzoni

Une marque pleine d'anecdotes... notamment quand on sait que c'est un français, grand spécialiste de la culasse, qui a fait la mise au point moteur des Matta...

http://www.srcf.fr/forum/img_forum/2016/22/1010_Guazzoni-50-Matta-Brochure-01.jpg

Hors ligne

 

#28 25-12-2018 19:36

carlovitch1
Squadriste Gold
Lieu: Pays Catalan
Inscrit le: 05-12-2014
Messages: 1081

Re: Guazzoni

Salut à tous, alors, quelqu'un sait nous raconter l'histoire de la marque et nous dire qui est ce spécialiste de la culasse Français qui a travaillé avec eux?

Dernière modification par carlovitch1 (25-12-2018 19:36)

Hors ligne

 

#29 25-12-2018 20:50

daniel.jahan@hotmail.fr
Nouveau Squadriste
Inscrit le: 09-10-2018
Messages: 7

Re: Guazzoni

Pas de trial ?

Hors ligne

 

#30 25-12-2018 22:49

gitane-mais
Squadriste Gold
Lieu: 26
Inscrit le: 21-09-2009
Messages: 4806

Re: Guazzoni

carlovitch1 a écrit:

Salut à tous, alors, quelqu'un sait nous raconter l'histoire de la marque et nous dire qui est ce spécialiste de la culasse Français qui a travaillé avec eux?

Jean Nougier (source Moto-Légende n°151 - m'a fallu le temps de retrouver)

Sur l'historique, traduit de Wikipedia...

L ' Officina Meccanica Guazzoni était une maison moto Milan active à partir de 1935 à 1976 .

Fondé par Aldo Guazzoni ( 1908 - 1978 ), mécanicien et concessionnaire milanais, Guazzoni a commencé ses travaux de construction en 1935 en créant une moto Calthorpe de 500 cm³ , sans grand succès commercial. Par la suite, des motos de 500 et 600 cm³ ont été construites avec un moteur MM . Après la guerre, Aldo Guazzoni est devenu concessionnaire Moto Morini à Milan .

Les activités de construction ont repris en 1950 avec un monocylindre à deux temps "250", construit sur commande du FBM de Bologne . L'année suivante, un 150 est ajouté, toujours un monocylindre à deux cylindres et construit à Bologne. Le "150", disponible dans les versions Turismo, Sport et Super Sport, remporte un franc succès, y compris dans les compétitions: en 1952, la classe de 24 heures de Warsage (ville près de Liège ) est gagnante . De la moto gagnante du marathon belge naîtra le Bol d'Or 175 , dont le nom reprend celui de la célèbre course française de durée. Le Bol d'Or sera l'un des vélos les plus rapides de sa catégorie, avec 10,5 ch et 125-130 km / h.

En 1953, le "Grifo" était présenté, un 150 à deux temps caractérisé par un moteur à cylindre horizontal. En 1955, un monocylindre 200 était utilisé . Au cours des deux années 1955-1956, un Guazzoni 50 complètement ajusté a conquis 30 records du monde sur le circuit à grande vitesse de Monza, conduits par des pilotes tels que Mangiarotti, Pasini et Manfe '.

Avec la seconde moitié des années cinquante , Guazzoni est entré dans la crise générale du secteur déterminée par la diffusion massive de l'automobile et, comme la plupart des constructeurs italiens de motos , a choisi la route du marché extérieur pour placer le surplus de production.

En Argentine, où le péronisme avait été remplacé par Revolución Libertadora , en 1957 promulgués réformes constitutionnelles ont été annulées Perón et rétabli la Constitution de 1853 , en ajoutant le fameux « article 14 bis » qui a introduit le qu'vn un fort régime protectionnistesur le marché argentin. Les nouvelles dispositions concernaient de nombreuses sociétés étrangères dont les actifs étaient immédiatement affectés par les effets de la nouvelle loi, créant ainsi une impasse dans laquelle il était pratiquement impossible d'obtenir le paiement ou le retour des marchandises. La Guazzoni s'est donc retrouvée "en train de" perdre "environ 1 000 motos déjà livrées aux concessionnaires, ce qui a été un coup dur pour la petite maison milanaise qui a été contrainte de céder l'usine Viale Sabotino pour respecter ses engagements.

L'opiniâtreté du fondateur, soutenu de manière adéquate par l' action commune des travailleurs, a permis la reprise de la société qui a déménagé en 1961 dans un ancien moulin d ' époque napoléonienne de Via Altaguardia, a repris la diversification des travaux de production pour les outils moteurs de machines, hors - bord et les moteurs de karting avec admission à une soupape rotative, ainsi que certains modèles de cyclomoteur d’un moule purement utilitaire.

Juste à partir d’un moteur de kart, la Maison milanaise obtiendra un 50 cm³ qui, depuis 1965 , était destiné à équiper les cyclomoteurs de la série Matta , nom choisi pour souligner la polyvalence de ce moteur. La Guazzoni 50 Matta , première moto italienne équipée d'un entraînement à disque rotatif, a rencontré un succès encourageant parmi les jeunes, séduite par la puissance du moteur qui, dans la version "Export", fournit 6 ch et pousse le véhicule à 100 km / h. L'année suivante, grâce aux soins du technicien et chauffeur Franco Ringhini, la "Matta Competizione" a été installée, dans les déplacements de 50 et 60 cm³, surnommée le "pignon" par le petit pignon de la transmission primaire. Cette version a été adoptée par certains pilotes, dont Pier Paolo Bianchi , qui a remporté d'importantes affirmations dans le championnat italien de montagne et dans le trophée des cadets .

En 1967, le modèle Matta Cross , équipé du même moteur et d’un succès commercial remarquable, fut surnommé "Matacross". Dans le même secteur du véhicule tout-terrain, l'année suivante, les "Modernly" de 125 et 150 cm³ étaient présentés. Les "Matta" ont été renouvelés en 1969 , avec un nouveau cylindre, la tête radiale et de nouvelles superstructures et avec le surnom "Matacross" adopté comme nom officiel du modèle.

C’était le bon moment pour repenser les volumes de production et tenter le saut en matière de qualité, sur les ailes des succès sportifs et de l’appréciation manifestée par le jeune public. Cependant, peut-être encore intimidé par la "batosta argentina", Guazzoni a décidé de poursuivre la production semi-artisanale et à des prix particulièrement compétitifs, malgré des solutions techniques raffinées et une demande bien supérieure à la capacité de production. Pour les propriétaires en herbe, prendre possession du "Matacross" souhaité a nécessité de longs mois d’attente qui ont souvent fait pencher les acheteurs impatients vers d’autres produits.

En 1971, le "Matacross" devint "Spécial", avec un nouveau châssis et l'année suivante, le "RM72" de Regularity était présenté, avec des moteurs de 100 et 125 cm³ à deux vitesses à six vitesses et des châssis dérivés de celui du Mattacross Special. .

Lors du salon EICMA de 1973, le prototype du modèle routier "Sport 125" a été exposé, évoluant dans la deuxième et dernière version, connue sous le nom de "Sport 125 Salone", présentée au salon EICMA le 22 novembre 1975 . C'était un vélo de sport particulièrement réussi, équipé d'un moteur à soupape rotative et d'un allumage électronique, d'une puissance de 24,5 ch à 12 000 tr / min. Les composants, de premier ordre, comprenaient la fourche avant et le monocoque arrière Ceriani , tous deux du type "compétition", en plus du frein avant à disque double Scarab , des moyeux Grimeca , des jantes à rayons Borrani., au guidon avec commandes Magura et superstructures en fibre de verre. Malgré le bon nombre de réservations, le modèle resta prototypique, la production de la société cessant au début de 1976, à la suite d'une grave maladie qui frappa Aldo Guazzoni et le fit mourir deux ans plus tard.

Dernière modification par gitane-mais (25-12-2018 22:51)

Hors ligne

 

#31 25-12-2018 23:10

carlovitch1
Squadriste Gold
Lieu: Pays Catalan
Inscrit le: 05-12-2014
Messages: 1081

Re: Guazzoni

Merci Jeff, très intéressant.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

© Copyright 2009 SRCF